Pourquoi vous devriez vous mettre à la pensée visuelle sans tarder (et comment vous lancer) 1/2 ?

Bonjour à toutes et tous 🙂 ! J’espère que votre rentrée s’est bien passée ! Ici, depuis que le loulou a retrouvé le chemin de l’école, le calme règne de nouveau à la maison (haaaa…), et je retrouve avec joie et délectation mon clavier, pour avancer sur mon e-book sur Affinity Photo ( j’ai pris un peu de retard par rapport à mon planning, mais ça avance 🙂 !) Je vous poste une capture d’écran ci-dessous en attendant, et n’oubliez pas que vous pouvez toujours rejoindre ma mailing-list pour être prévenu en avant-première de sa sortie et bénéficier d’un prix de lancement (le formulaire est sur ma page d’accueil) !

Comme d’habitude, je vous prépare un manuel aux petits oignons, très détaillé et illustré 🙂 !

Bon, ce n’est pas tout ça, mais j’ai un article à vous écrire, moi, sur la pensée visuelle… et comme c’est un article bigrement long et fourni, je vais le diviser en deux 🙂 ! Voici donc la première partie.

Pourquoi parler de pensée visuelle là, maintenant, tout de suite ? Peut-être parce que, suite à l’exposition d’un facilitateur graphique scribant les discours d’Emmanuel Macron, ce métier a bénéficié d’une visibilité extraordinaire ? Non, pas seulement 🙂 ! Autrefois considéré comme une pratique « de niche », la pensée visuelle a gagné peu à peu toutes les sphères du travail et de l’enseignement. De plus en plus de personnes utilisent ces techniques, dans leur sphère pro ou perso, pour retenir leurs apprentissages et organiser leur pensée.

Oui, mais voilà… une question revient toujours : « Comment me former ? »…

Il y a quelques temps, une personne m’a contactée pour avoir des renseignements au sujet de mon travail de Scribe. Suite au confinement et à une perte de sens dans son domaine professionnel, elle cherchait à se former pour devenir facilitatrice graphique, et elle souhaitait savoir si je donnais des formations.

Après un long échange avec elle au téléphone, j’ai été impressionnée par le nombre de références qu’elle avait lu, et les connaissances techniques dont elle disposait déjà ! Lorsque je me suis lancée dans cette activité professionnelle, je pense que j’en savais moins qu’elle, techniquement parlant. Il faut aussi dire que la « prise de note visuelle » était encore assez peu connue du grand public il y a seulement 5-6 ans, et que la plupart des livres concernant cette méthode étaient en anglais (retrouvez ici mes meilleures lectures sur la pensée visuelle). Ce qu’il lui fallait surtout, maintenant, c’était prendre suffisamment confiance en elle pour se lancer et expérimenter sur le terrain. Je lui ai donc donné quelques conseils pratiques, et je lui ai proposé de rester à sa disposition si elle souhaitait des retours sur ses planches ( S., si tu me lis, je pense que tu te reconnaîtras :)!)

Ce n’est pas la première personne à me contacter dans ce sens, et nombreuses sont les personnes me demandant si je peux les former. Je n’ai pas encore eu le temps de me pencher sur la mise en place d’une formation vidéo, mais j’ai compilé tout le contenu de la formation que je donnais en présentiel dans deux e-books, très complets, que vous pouvez retrouver sur ma page ebooks ou grâce aux liens ci-dessous :

Il faut savoir qu’il n’existe pas encore, en France, de formation diplômante pour exercer le métier de « Scribe » ( soit, être rémunéré pour traduire en « synthèse graphique » un discours, un atelier de travail, une table ronde, etc.). La pensée visuelle est le plus souvent un « outil » qui va se greffer sur un métier existant ( par exemple, vous êtes consultant et souhaitez apprendre le vocabulaire graphique pour faciliter vos briefs, ou vous êtes formateur, ou coach, et souhaitez utiliser la pensée visuelle pour expliquer des concepts, etc.). Ces formations sont en général dispensées sur 2 à 5 jours, par des facilitateurs graphiques professionnels ( i.e des facilitateurs d’intelligence collective, qui maîtrisent l’outil graphique) : cela vous apporte des bases et une certaine confiance en vos capacités, mais vous pouvez tout aussi bien vous former à partir de livres, d’exercices répétés, de retours sur votre travail ( je proposerai bientôt des sessions de mentoring en ligne, pour vous accompagner dans votre pratique à distance), et de mise en pratique sur le terrain auprès d’associations, de collectivités, etc. Tel un bon forgeron, vous affûterez votre oreille, vos mains et votre vision en vous exerçant.

Je pourrais revenir plus en détail sur le quotidien d’un scribe, pour les personnes souhaitant se professionnaliser dans cette voie ( dites-moi si cela vous intéresse en commentaires !), mais pour l’instant, je dois vous expliquer pourquoi il est utile pour vous, dès maintenant et quelle que soit votre activité, de vous former à la pensée visuelle 🙂 !

Pour cela, je vais vous citer un extrait d’un livre de Robert Greene, « Atteindre l’excellence » ( qui, sous un titre assez « pompeux », cache une réflexion poussée sur la notion d’effort, de durée et d’apprentissage, en résonnance avec la plupart de mes articles sur le cheminement créatif et les périodes de test and learn ) :

« L’ère où nous venons d’entrer n’est pas celle où la technologie rend tout facile, mais une époque de complexité croissante qui touche tous les domaines. […] Déjà, un fossé se creuse entre ceux qui sont rompus au traitement de la complexité et ceux que cela dépasse. Les premiers parviennent à acquérir des compétences et à discipliner leur esprit, les seconds sont irrévocablement distraits par les médias et n’arrivent pas à se concentrer suffisamment pour apprendre. La phase d’apprentissage est plus pertinente et importante que jamais, et ceux qui sous-estiment ce concept risquent d’être laissés pour compte ».

La pensée visuelle, à travers toutes ses déclinaisons ( du mindmap à la facilitation graphique en passant par les murs de post-it et les schémas explicatifs), est orientée vers un objectif de « simplexité » : « l’art de rendre simples, lisibles, compréhensibles les choses complexes« . Cela en fait un outil idéal et très actuel, adapté à de nombreux domaines professionnels ( de la science au journalisme, en passant par l’ingénierie, la médecine ou l’éducation), qui vous aidera à déconstruire les notions complexes, et au final vous amènera à mieux maîtriser votre environnement, rien que ça !

Voilà déjà pour ce premier article, dans le second épisode je vous parlerais du processus d’apprentissage, de vos blocages face à la page blanche, et je vous donnerais même quelques petites astuces 🙂 !

À très vite !

Anne

Cet article contient des liens affiliés. Pour en savoir plus sur l’affiliation, cliquez ici.

Publié par AnneB

Illustratrice, scribe, mais aussi musicienne, formatrice et auteure... Free-lance, je suis ouverte à toute proposition de collaboration, rencontrons-nous !

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :